logo RMD bandeau haut page d'accueil
nain affichant titre page

Le RMD pratique... mecanisme RMD

 

La radiesthésie

« C'est une erreur de croire nécessairement faux ce que l'on ne comprend pas. » Gandhi

Sans être exhaustif, nous fournirons toutes les explications utiles pour mieux comprendre la véritable nature de cet art et les multiples questions que sa pratique soulève. Aux réponses toutes faites nous préfèrerons fournir des éléments ou matériaux susceptibles d'alimenter une réflexion constructive, libre ensuite à chacun de se positionner et d'argumenter selon ses pratiques et convictions. A cet égard, nous rappelons que vos contributions seront toujours les bienvenues et pourront, sous certaines conditions, être intégrées à ce site.

Nous ne parlerons ni des techniques (objet du cours) ni en détails de l'histoire de cet art, (ou "parascience"), abondamment documenté dans de nombreux ouvrages et sur internet.

Définir la radiesthésie

Définir la radiesthésie n'est pas aussi simple qu'il y parait. A l'image d'une sculpture dont le modelé change avec l'éclairage, il y a plusieurs manières de la définir mais toutes se complètent.

Une première définition

Le mot radiesthésie vient du latin 'radius' (rayon) et du grec 'aisthesi's (sensation, perception). Littéralement, il signifie donc « sensation aux rayons ».

On peut définir la radiesthésie comme "l'art de découvrir ce qui ne tombe pas sous les sens habituels, en utilisant un moyen (en général pendule, baguettes ou antennes) suscitant des mouvements inconscients auxquels une signification conventionnelle est attribuée " (cours de radiesthésie, RMD).

Cette définition est intéressante parce qu'elle dit l'essentiel en peu de mot et avec élégance. Elle nécessite cependant des explications.

  • La radiesthésie est présentée d'emblée comme un art, mais compris au sens large du terme, à savoir " une manière de faire les choses, selon certaines méthodes, selon certains procédés : l'art de la parole, l'art musical, l'art militaire, l'art grec etc..." (Ditionnaire le Littré).

  • Par son objet, celui de "découvrir ce qui ne tombe pas sous les sens habituels " on entre naturellement dans le champ de l'extrasensorialité, de la parapsychologie et donc du "paranormal", dont l'existence n'est pas reconnue par la science.

  • "mouvements inconscients": mouvements de très faible amplitude produits par des réactions neuromusculaires ayant pour origine l'inconscient. Dans cette optique, le corps humain est un résonateur et le pendule (ou la baguette) une antenne.

  • "signification conventionnelle": nous établissons, préalablement à l'acte radiestésique, une convention permettant d'en interprêter le résultat. Par exemple, une giration du pendule dans le sens des aiguilles d'une montre sera interprêtée comme un oui à la question posée, celle en sens inverse comme un non et un balancement comme neutre.

La personne qui pratique la radiesthésie porte le nom de radiesthésiste.

Les personnes bénéficiant d'un don de médiumnité pratiquent cette art avec une aisance déconcertante pour le profane, comme si le pendule avait toujours été un prolongement d'eux-mêmes. Cela dit, cet art ne leur est pas réservé car nous avons tous, à des degrés variables, de l'intuition et de la médiumnité, faculté dormante et complémentaire dont les frontières avec l'intuition sont floues. Il nous est toujours possible de développer ces dispositions, en apprenant notamment à différencier les messages du mental (la conscience active) de ceux provenant de l'inconscient.

Par la méditation "pleine conscience" et diverses techniques, il est possible de développer ces facultés. C'est donc pourquoi, moyennant du travail et de la persévérance, toute personne en bonne condition doit pouvoir pratiquer la radiesthésie.

Remarque: la manipulation des baguettes est généralement considérée d'un abord plus facile que celui du pendule. Elle peut donc être, pour certaines personnes qui peinent à travailler avec un pendule, une bonne alternative.


Précisons quelques termes...

Intuition

L'intuition est un mode de connaissance spontané, qui ne passe pas par le raisonnement. Plus précisément, c'est une information qui provient subitement de l'inconscient, par l'entremise de nos perceptions extrasensorielles et sans qu'il y ait un acte de volonté. Elle apparaît souvent comme une évidence ou certitude. Elle peut être inspirée par une guidance extérieure ou juste venir en fonction d'un lieu, d'une émotion ou de l'instant présent.


Médiumnité

D'une manière générale, la médiumnité est une faculté de communication avec l'invisible : esprits ou énergies particulières situées dans le présent ou dans l'au-delà. Comme l'intuition, elle est en lien avec des perceptions extrasensorielles, mais fortement amplifiée elle peut être aussi le produit d'une action de notre part, dans le cadre d'un rituel ou l'emploi de techniques visant à basculer dans "un état de conscience modifié ", ouvrant la porte à des perceptions du type clairesentience, clairvoyance, claireaudience, etc...

Par conséquent, il est difficile de séparer l'intuition de la médiumnité, car elles forment un tout.

Méditation "pleine concience"

La méditation est une pratique mentale et posturale qui permet de se relaxer et de s'évader en décrochant quelques instants de la vie réelle, en devenant silencieux et contemplatif.

L'attention juste ou pleine conscience consiste à ramener son attention sur l'instant présent et à examiner les sensations qui se présentent à l'esprit, comment elles apparaissent, comment elles durent quelque temps, et comment elles disparaissent. Elle est donc bien autre chose que faire le vide. L'observateur apprend à se détacher et se libère progressivement de la matière, de la sensation, de la perception, des conditionnements mentaux, de la conscience, et donc de "dukkha" (dans le boudhisme : l'instisfaction, la souffrance, sentiments cosubstentiels de toute existence).

Pratiquer la méditation régulièrement est une façon très hygiénique et agréable de s'ouvrir et de développer ces/ses perceptions, en d'autres termes d'éveiller notre conscience et notre spiritualité, mais toujours dans le respect du libre arbitre, des croyances ou des convictions de chacun.

Spiritualité

Il règne une grande confusion sur ce qu'est la spiritualité. Dans son acception étroite, elle renvoit aux choses de l'esprit (art, poésie, littérature ou méditation) et dans une acception plus large au sacré, en l'occurrence à Dieu (le créateur de toute chose) et les religions.

"L'étude du sacré implique la reconnaissance de l'être transcendant comme une réalité et de l'univers comme le fruit d'un esprit créateur tout-puissant.
Le sacré, c'est tout d'abord confusément le sentiment de la présence du surnaturel dans la nature, les plantes, les animaux, les êtres humains. La reconnaissance de cette présence surnaturelle habite les civilisations anciennes, qui croyaient à l'existence d'une âme dans les végétaux, les animaux, les éléments de la nature, les rythmes saisonniers... L'animisme des aubes de l'humanité recèle encore des traces dans les sociétés archaïques d'aujourd'hui.

Le sacré trouve son origine dans «la reconnaissance d'une conscience dirigeante au-delà des formes apparentes». La « conscience dirigeante », d'essence divine, supra-humaine, surnaturelle, est exprimée par les données symboliques du sacré, qui assurent la médiation entre l'homme et l'esprit divin."

Source: http://www.narthex.fr/blogs/le-chant-des-anges/lorigine-du-sacre

D'après Wikipédia, la notion de spiritualité comporte aujourd'hui des acceptions différentes selon qu'elle se rattache à la religion, se rapporte à l'opposition de la matière et de l'esprit ou plus simplement "une quête de sens, d'espoir ou de libération, et les démarches qui s'y rattachent (initiations, rituels, développement personnel, Nouvel âge), indépendamment de la religion ou de la foi en un Dieu".

Dans un bel article intitulé "la spiritualité laïque existe" publié dans la revue Psychologie Jean-Louis Servan-Schreiber (journaliste, essayiste et patron de presse) résume assez bien les divers rapports que nous entretenons avec la spiritualité et comment ils ont évolués. La spiritualité n'est plus la propriété exclusive des religions mais l'expression d'une démarche individuelle, dans la recherche d'un dépassement de soi et une interrogation sur le sens de la vie

"Entre la foi, belle mais rare, et l'athéisme de conviction ou de négligence s'ouvre la vaste zone où campent la plupart d'entre nous. Un champ pacifié où l'on ne se déchire plus comme aux temps révolus, de l'anticléricalisme – même si ce dernier renaît dans les pays où sévissent des formes d'intégrisme (...). La spiritualité est affaire toute personnelle, à tel point qu'on a pudeur à en parler, plus encore que de sa sexualité. (...). Même si l'on refuse les recettes spirituelles toutes construites des religions de notre enfance, le désir de se sentir relié à quelque chose qui nous dépasse, ou de comprendre sur quoi s'appuient les principes moraux que l'on applique tant bien que mal, ne s'efface pas. Même si le bouddhisme nous invite à reconnaître qu'il y a du sacré dans le moindre de nos gestes routiniers, pour la plupart d'entre nous, un moment de spiritualité est ce qui nous sort, par le haut, de notre quotidienneté. C'est une aspiration à se mettre en contact avec un sentiment élevé, une partie plus noble de nous-même, un lien avec l'univers ou la communauté des humains".

Et l'auteur de poursuivre sur l'existence d'une spiritualité sans le divin, de l'ordre du mysticisme, que l'on peut ressentir lorsque le silence s'installe en nous et que nous nous contentons simplement d'exister, à l'écoute du monde qui nous entoure et de nos ressentis : " éprouver le simple sentiment d'exister, pour rien et sans but, là, dans l'instant, est un retour au primordial ". Il peut aussi être lié à l'existence d'états de conscience modifiés" (favorisés par certaines conditions : la solitude, la convalescence, les promenades dans la nature, etc...) qui, "s'ils ne mènent pas forcément à la foi en Dieu, ils obligent toujours à s'interroger sur le sens de la vie".

Après une discussion sur les liens entre spiritualité, éthique et sagesse, l'auteur conclut par une mise en garde à l'encontre d'une récupération par des sectes (à des fins mercantiles et de pouvoir) ou de maîtres à penser sans scrupules de cette aspiration partagée à l'épanouissement d'une spiritualité individuelle, en dehors des institutions religieuses. Nous ne pouvons que partager l'idée "qu'un thérapeute ou un maître authentique cherche à rendre l'individu plus autonome". On retrouve ici la notion de libre-arbitre, cosubstentielle à celle de liberté.

Source: http://www.psychologies.com/Culture/Spiritualites/Pratiques-spirituelles/Articles-et-Dossiers/La-spiritualite-un-nouveau-besoin/La-spiritualite-laique-existe


Pour Alain Boudet (physicien et "éveilleur de conscience" aux multiples talents), elle est en connection avec notre essence, elle est partie intégrante de notre moi, une autre dimension de nous-mêmes, "une partie lumineuse, puissante et grandiose, qui ne demande qu'à être développée par l'expérience" et notamment la méditation, agissant comme une souce d'énergie qui élève notre état vibratoire, produit la joie et la liberté. La spiritualité, c'est être en connexion avec notre Essence profonde

" La spiritualité n'est pas un système religieux ou une philosophie culturelle. Elle est une fonction naturelle vivante de l'être humain. Elle est indépendante de toute croyance, religion ou dogme. Elle consiste à reconnaitre l'existence de notre Moi véritable, de notre ESSENCE, et à apprendre à nous laisser guider par elle. C'est donc la découverte d'une autre dimension de nous-même, une partie lumineuse, puissante et grandiose, qui ne demande qu'à être développée par l'expérience. Lorsque nous sommes en connexion avec elle, elle transforme notre état intérieur qui se caractérise alors par la joie et la liberté. Elle transforme aussi nos sensations corporelles, car elle agit comme une Source d'énergie et élève notre état vibratoire. Nous sommes invités à réaliser cet état en observant les jeux de l'égo, ses résistances, et en cultivant la confiance et le lâcher-prise. Des clés pratiques telles que l'observation de nos sentiments et la méditation sont suggérées."

http://www.spirit-science.fr/doc_spirit/spiritualite.html


Sur les principales différences entre la religion et la spiritualité :

https://www.espritsciencemetaphysiques.com/differences-spiritualite-religion.html

Pour notre part,nous avons retenu celle-ci : "La religion vous dit, la spiritualité vous laisse découvrir"

 

Définition de l'abbé Bouly

Autrefois appelée rhabdomancie ou encore sourcellerie, on doit le mot « radiesthésie » aux abbés Bouly et Bayard. Elle repose sur l'idée que les êtres vivants sont sensibles à certaines radiations qu'émettraient les différents corps, de quelque nature qu'ils soient, êtres vivants ou choses inertes. Depuis, le mot radiesthésie est passé dans le langage courant, au point de faire totalement oublier le mot jadis utilisé par ceux qui pratiquaient la divination à l'aide d'une baguette, technique nommée rhabdomancie.

Voici ce que l'abbé Bouly (1865-1958) disait humblement de lui :
« Nous vivons dans un océan de radiations que nous ne percevons pas : des effluves invisibles émanent de toutes choses, il ne s'agit que de déceler leur existence en constituant soi-même un détecteur vivant. Une fragile antenne permet de capter plus aisément les radiations cachées : c'est la fameuse baguette du sourcier. Je ne suis qu'un chercheur de vibrations et c'est tout... ».

http://www.les-voies-libres.com/articles/les-mysteres-de-la-radiesthesie

Sur cette base, l'abbé Bouly définit la radiesthésie comme "la croyance en la faculté d'exercer cette sensibilité pour découvrir, grâce au pendule ou à la baguette, ce qui est caché aux facultés normales mais dont l'existence est réelle ou imaginaire". Ce procédé divinatoire était anciennement appelé rhabdomancie ou encore sourcellerie.

Par "ce qui est caché aux facultés normales" nous retrouvons ici la définition de la parapsychogie mais rencontrons aussi l'occultisme, par son traditionnel rattachement à "l'occultisme médical". Le mot inquiète et fascine à la fois, car il renvoit à l'invisible et à des pratiques parfois troubles, en rapport avec les puissances des ténèbres.

Occultisme

Etymologiquement, le mot « occultisme » vient du latin occultus (« caché, secret »), il se rapporte à la «connaissance de ce qui est caché». Nigidius Figulus, selon Cicéron, voyait « les choses que la nature a cachées (quae natura occultavit)».
L'occultisme se réfère à des disciplines associées à des notions surnaturelles, mystérieuses, ne pouvant être entièrement comprises par la science rationaliste et matérialiste et qualifiées de pseudo-sciences. L'occultisme s'intéresse aux connaissances occultes, parallèlement à la pratique des arts occultes. On utilise également le terme de science occulte, par opposition à la science moderne décrivant principalement l'univers visible.

Pour en savoir plus: https://fr.wikipedia.org/wiki/Occultisme

Le mot « occulte » vient du latin « occultus » dont le sens est : caché, dissimulé, mystérieux, secret… On appelle « sciences occultes » des « doctrines et pratiques secrètes qui font intervenir des forces qui ne sont reconnues ni par la science, ni par la religion, et requérant une initiation » (Dict. Petit Robert).

Ce qui peut surprendre aussi dans cette définition est l'emploi du mot croyance, dont le sens a pris aujourd'hui une connotation négative, souvent associée à celui de superstitions moyennageuses. Mais dans la bouche d'un prêtre et radiesthésiste de renommée internationale mais réputé humble et modeste, il ne peut que s'agir que de prudence.

Enfin, pour la première fois, sont employés les mots de "radiation" et "d'effluves invisibles". Qualifiée de "science des ondes", le terme de radiesthésie a été officialisé en 1929, lors de la création de l'association française et internationale des amis de la radiesthésie.

Radiations, vibrations, effluves invisibles, ondes qualifient donc un phénomène bien réel mais que la science ne sait ni expliquer ni même capter, en dehors des ondes électromagnétiques, dans toute l'étendue de leur spectre. C'est toute l'ambiguité mais aussi l'intérêt et le charme de la radiesthésie !

Définition Wikipedia

On ne peut pas faire l'économie de la manière dont la pensée académique et notamment Wikipedia définit et considère la radiesthésie...

"La radiesthésie est un procédé divinatoire de détection reposant sur la croyance selon laquelle les êtres vivants seraient sensibles à certaines radiations qu'émettraient différents corps, permettant ainsi de localiser des sources, retrouver un objet perdu, un trésor ou une personne disparue, établir un diagnostic médical, déterminer la profondeur d'un puits, etc... Les scientifiques attribuent la radiesthésie à l'effet idéomoteur, phénomène psychologique par lequel un sujet exécute des mouvements musculaires inconscients "(Wikipédia).

Cette définition exprime beaucoup de choses. Le mot divinatoire est prononcé, mais très vite le merveilleux est tempéré par celui de croyance, l'emploi du conditionnel et un jugement sans appel des scientifiques, qui réduisent la radiesthésie à un simple phénomène psychologique et neuromusculaire.

Divination :

Art de deviner, de découvrir ce qui est ignoré ou caché en sortant des voies ordinaires de la connaissance par le recours à des procédés occultes, à des pratiques magiques; en partic., art de prédire les événements.

Faculté, portée à un haut degré, de deviner, de découvrir quelque chose que l'on ne sait pas, et que l'on cherche à connaître le plus souvent, par des voies diverses (intuition, perspicacité, observation, comparaison, interprétation, supposition, conjecture, etc...) mais en dehors de raisons démonstratives, en ayant cependant le sentiment d'être dans le vrai . En ce sens elle se réfère par exemple à la voyance.

Source: http://www.cnrtl.fr/definition/divination

Contrairement à Wikipédia, les définitions et nuances fournies par le CNRL (Centre national de ressources textuelles et lexicales, organisme d'état créé en 2005 par le CNRS) sont neutres et détachées de tout parti-pris.

Comme tout ce qui relève de la parapsychologie et du paranormal, elle est une pseudoscience et une forme de charlatanisme. Mais s'entêtant à étudier des phénomènes considérés comme imaginaires, ses adeptes sont suspectés de trouble mentaux !


Définitions complémentaires :

La parapsychologie est l'étude pluridisciplinaire au moyen de la méthode expérimentale de phénomènes paranormaux qui mettraient en jeu le psychisme et son interaction avec l'environnement. Ces phénomènes sont appelés phénomènes Psi

D'après wikipédia, le paranormal est un terme utilisé pour qualifier un ensemble de phénomènes supposés qui ne sont ni observables, ni explicables scientifiquement, le préfixe « para » désignant quelque chose qui est à côté et "normal", ce qui fait référence au consensus scientifique. Selon la quasi totalité de la communauté scientifique, le paranormal relève du charlatanismes et de la pseudo-science. (...) ces dits phénomènes n'ont aucune preuve d'existence, l'imagination et les suppositions ont le champ libre (...). Pour Renaud Marhic, les auteurs soutenant l'existence du paranormal pourraient souffrir de "folie littéraire", similaire à la paraphrénie, qui les poussent à plonger entièrement dans l'invention d'un monde imaginaire.()

Mais toujours avec Wikipédia, allons jusqu'au bout de la "pensée scientifique" ...

La paraphrénie est un trouble mental caractérisé par un délire paranoïde avec ou sans hallucinations, apparenté à une forme de schizophrénie, avec la différence que si ces deux maladies mentales se manifestent par des délires et des hallucinations, les patients schizophrènes montrent des changements et une détérioration de la personnalité, tandis que les patients paraphrènes maintiennent une personnalité non-atteinte et des réponses affectives normales. Ce type de trouble est relativement rare, d'une prévalence estimée entre 2 et 4 % ; les paraphrénies atteignent habituellement les personnes âgées, avec un début entre 30 et 45 ans..

Nous voilà donc avertis !

 

----------------------------

De par ses exigences de rigueur et de méthode, la recherche d'une vérité, sa démarche inductive et ses exigences de neutralité de l'opérateur, la radiesthésie est considérée aussi par ceux qui la pratiquent comme une science à part entière, quand bien-même elle serait considérée comme une pseudoscience, voire une forme de folie douce par les plus intrangigeants de ses détracteurs !

A ce titre, et pour mettre tout le monde d'accord, le terme de "parascience" (du grec παρά « à côté de »), serait le plus approprié pour la caractériser, exprimant ce qui est "en marge de ce qui est proprement scientifique" (Larousse), sans porter de jugement de valeur.

"Parascience is the study of subjects that are outside the scope of traditional science because they cannot be explained by accepted scientific theory or tested by conventional scientific methods" (source: dictionary.com).

Traduction: La parascience est l'étude de sujets qui échappent à la science traditionnelle parce qu'ils ne peuvent pas être expliqués par une théorie scientifique acceptée ou vérifiée par des méthodes scientifiques conventionnelles

Quelle que soit la manière dont on la conçoit, et de figurer parmi les rare élus disposant d'un don, la radiesthésie exige un travail quotidien pour développer cette sensibilité dont nous sommes diversement dotés.

Typologie

La radiesthésie se présente généralement sous quatre aspects, souvent liées dans dans la pratique :

  • La radiesthésie magnétique (ou physique) : sourcellerie ou hydroscopie (recherche des sources), géobiologie, minéralogie, santé etc...

  • La radiesthésie divinatoire : recherche de personnes disparues, questionnement de l'inconscient, personnel ou collectif, santé (localiser un mal et en connaître la nature) etc...

  • La radiesthésie spirite. On cite le nom d'un défunt. Le dialogue se poursuit à l'aide d'une table alphabétique. Le pendule désigne les lettres dont l'assemblage est censé constituer la réponse du défunt interpellé. C'est une forme de spiritisme.

  • La radionique : utilisation de la radiesthésie et notamment des ondes de formes à des fins d'action à distance. Elle est apparentée à la magie et doit être maniée avec précaution.
Domaines d'applications

Durant des siècles, la radiesthésie a consisté essentiellement à rechercher les sources, d'où son nom de sourcellerie. Mais, par la suite, la découverte de l'eau ne devint qu'un cas particulier de son objet. D'une manière générale, elle est d'abord et avant tout un moyen alternatif de connaissance.

Recherches

Les services rendus par la radiesthésie sont multiples : d'abord trouver une source (sa fonction traditionnelle, appelée aussi sourcellerie), mais un objet perdu ou une personne.

L'utilisation du pendule pour répondre à des questions personnelles du type "dois-je acheter cette maison ? " s'inscrit clairement dans le champ de la radiesthésie divinatoire. Par contre, s'interroger sur sa salubrité avec divers instruments s'inscrit dans celui de la radiesthésie physique (géobiologie).

Géobiologie

La géobiologie s'intéresse à tout ce qui émane de la terre et peut exercer une influence sur la santé et le bien-être des êtres vivants : champs magnétiques, courants d'eau, failles géologiques et autres anomalies présentes dans le sous-sol des habitations susceptibles de nuire à la santé de leurs occupants.

S'il y a complémentarité, elle ne doit pas pour autant être confondue avec le feng shui, qui renvoit plutôt à l'agencement des habitations en fonction des flux visibles (les cours d'eau) et invisibles (les vents) pour obtenir un équilibre des forces contraires (le ying et le yang) afin d'optimiser la circulation de l'énergie (le chi).

Santé

S'intéressant aux ondes émises par les êtres vivants en général et le corps humain en particulier, dans sa globalité ou en relation avec un organe et une fonction, elle permet d'établir un jugement sur l'état de santé d'une personne (à tout le moins sa vitalité) et d'en repérer les déséquilibres ou disfonctionnements. A ce titre, le pendule est un instrument très utile au magnétiseur. Il peut apporter un plus aux connaissances obtenues par l'examen clinique - toujours effectué préalablement par un médecin - et jeter un jour entièrement nouveau sur un cas.

Sur la nature des ondes observées

Nous parlons d'ondes et de radiations, mais de quelle nature sont-elles, et au fond est-ce bien important ? Poser cette question, c'est aussi se pencher de nouveau sur les rapports contrariés entre la science et la radiesthésie.

Voir aussi notre étude relative à l'énergie (et au taux) vibratoire :

--> Energie vibratoire

Du côté des sciences exactes

D'une manière générale, tous les phénomènes physiques sont générateurs d'ondes, considérées généralement comme la vibration d'une particule autour de son point d'équilibre. Elles peuvent être stationnaires comme se propager dans l'espace. Elles sont étudiés au moyen d'appareils appelés spectroscopes (ou spectromètres) et la spectrométrie est l'étude expérimentale de ces ondes (intensité, fréquence, longueur d'onde, etc...).

On utilise le préfixe "spectre" par référence historique à la découverte par Newton de la décomposition de la lumière au travers d'un prisme. Aujourd'hui, ce principe s'applique à tous les domaines de la physique au sens large : astronomie, biophysique, chimie, physique atomique, physique des plasmas, physique nucléaire, physique du solide, mécanique, acoustique, etc.... On analyse par spectroscopie non seulement la lumière visible, mais aussi le rayonnement électromagnétique dans toutes les gammes de fréquence, les ondes élastiques comme le son ou les ondes sismiques, ou encore des particules. Dans ce cas, l'usage du terme « spectroscopie » est toutefois inapproprié, car on ne mesure pas à proprement parler l'énergie mais plutôt la masse des particules...

Du côté de la radiesthésie

La tentation est forte de vouloir raccorder à tout prix la radiesthésie à la science, comme si, ne se suffisant pas à elle-même, elle avait besoin de reconnaissance officielle. Pourtant, si sur certains points l'une et l'autre se rejoignent, leurs démarches sont fondamentalement différentes : on ne s'intéresse pas aux mêmes choses mais surtout on procède très différemment, en faisant appel à des procédés très éloignés de ceux employés dans les sciences.

Tout cela est fort bien expliqué par le Professeur Robert Tocquet, dans son rejet de ce qu'il nomme "la radiesthésie physique":

"L'hypothèse des « ondes » en radiesthésie se heurte donc à de grandes difficultés. A la rigueur, on peut admettre que, sur le terrain, le radiesthésiste soit influencé par certaines vibrations ou par des émanations de nature chimique, mais, lorsqu'il pratique la téléradiesthésie sur plan, il est clair qu'invoquer alors l'existence d'« ondes » radiesthésistes, est une assertion extraordinairement risquée et très difficilement soutenable.
En revanche, les choses, sans s'éclairer complètement, se comprennent cependant mieux si l'on accepte que tout se passe dans l'esprit du radiesthésiste, autrement dit si l'on admet que le subconscient de l'opérateur prend connaissance du réel grâce à une faculté spéciale non sensorielle, que les métapsychistes appellent métagnomie, cryptesthésie ou fonction psi-gamma. Le comportement du radiesthésiste dans la pratique de son art, l'extrême diversité des objets sur lesquels s'exercent ses facultés, la nature même des résultats qu'il obtient justifient, croyons-nous, cette interprétation.
Bien sûr, accoler un nom à un phénomène n'explique pas celui-ci, mais cela permet l'élimination de théories adventives vaines et a l'avantage de rassembler des faits en apparence dissemblables, de réunir en un groupe homogène des phénomènes qui, depuis fort longtemps, ont été étudiés par les investigateurs des plans cryptiques de l'esprit.
Il en résulte que, du point de vue expérimental, les radiesthésistes auraient intérêt, sauf toutefois s'ils y croient fermement, car cette croyance est un facteur qui peut être favorable, à abandonner une physique équivoque pratiquement inutile et à chercher particulièrement, grâce à des exercices appropriés, à développer en eux leurs facultés intuitives.
C'est effectivement ce que réalisent les « voyants » lorsqu'ils utilisent certains procédés divinatoires, ou mancies, tels que la cartomancie, la chiromancie, la psychométrie, la cristalloscopie

L'Abbé MERMET, un des créateurs du diagnostic radiesthésique, promoteur de la téléradiesthésie et inventeur du rayon fondamental, des corps. Dans son ouvrage majeur, Comment j'opère pour découvrir de près ou à distance, il écrivit notamment : « La science est postérieure aux lois naturelles et doit leur rester soumise. Elle a le droit et le devoir d'enregistrer les faits et de ne les accepter qu'après contrôle ; mais elle ne doit pas les étouffer, pas plus que les inventer. Où serions-nous si l'humanité, depuis son origine, avait refusé de prendre en considération ce qu'elle ne comprenait pas ? Si des faits nouveaux, refusant d'entrer dans les cadres classiques, obligent la science à refaire ses échafaudages, tant mieux pour elle ! Elle doit modestement mouler ses théories sur les faits acquis et non adapter à des théories toutes faites des faits qui les contredisent. Dans le domaine de la Science, les explications les moins contestées ne sont valables que jusqu'au jour où de nombreux faits incompatibles viennent montrer leur insuffisance »."

Quelques réflexions sur la radiesthésie Par le Professeur Robert Tocquet
http://www.revue3emillenaire.com/blog/quelques-reflexions-sur-la-radiesthesie-par-le-professeur-robert-tocquet/

Des origines de la radiesthésie

On sait avec certitude que la sourcellerie était pratiquée en Chine plus de 2000 ans avant J.-C et que les sourciers chinois étaient devenus dès lors des experts dans les recherches souterraines. La baguette fut utilisée pour tout autre chose lors de la conquête par les légions romaines de la Gaule et de la Germanie. Des porteurs de baguettes précédaient les armées et avaient pour tâche de détecter les eaux souterraines utiles aux troupes lorsqu'elles stationnaient dans un camp militaire.
C'est ainsi que les cures thermales des Romains furent découvertes.
On a même pu identifier quel pendule fut utiliser pour une conjuration dans un récit datant de 370 après J.-C , fourchue, elle ressemblait plutôt à un diapason qu'à un Y.
Des fouilles effectuées dans les tombeaux de la Vallée des Rois (Egypte) ont permis de découvrir des baguettes. A quoi servaient-elles ?
Comme les Grecs et les Egyptiens, les Romains connaissaient aussi la baguette et le pendule.
Réputés pour leurs connaissances approfondies des influences cosmiques et telluriques, les Etrusques plantaient des sortes de tiges dans le sol pour accélérer la croissance des végétaux et pour éviter les maladies.

 

L'art du sourcier appelé jadis rhabdomancie (du grec rhabdos, baguette et manteia, divination), est pratiqué depuis la plus haute Antiquité. Certaines gravures du Tassili au nord du Sahara gravées il y a 8000 ans représentent des sourciers en action. Les Esquimaux, les Sumériens, les Egyptiens, les Chaldéens, les Hébreux, les Brahmanes de l'Inde, les Celtes, les Grecs, les Germains ou les Romains avaient des sourciers parmi leurs prêtres, leurs chefs ou guides. Un des plus connus est Moïse, chef Hébreu qui vers 1250 avant J.-C. chercha l'eau dans le désert du Sinaï à l'aide de son bâton augural de sourcier.

LES BOULES EN BOIS DE LA VALLEE DES ROIS
Les pyramides et les tombeaux égyptiens de la vallée des Rois sont loin d'avoir livré tous leurs secrets et si la baguette de sourcier est omniprésente sur les fresques des pyramides, ce n'est que depuis peu que les archéologues ont découvert que les Egyptiens utilisaient aussi le pendule. En effet, des fouilles récentes dans la Vallée des Rois ont permis de mettre à jour des boules de bois percées à travers lesquelles passait un fil. Parallèlement il a été trouvé un texte, datant de 1 000 ans avant notre ère, où un professeur explique à ses élèves, vraisemblablement des princes ou des nantis, comment se servir d'un pendule, comment l'utiliser dans la vie de tous les jours, et quels bénéfices en tirer.

LES BAGUETTES ET THERMES DES ROMAINS
On peut lire, dans la guerre des Gaules de Jules César que lors de leurs conquêtes, des porteurs de baguettes précédaient les légions romaines. Ces radiesthésistes, avant la lettre, avaient pour mission de détecter les eaux souterraines, indispensables pour abreuver les troupes quand elles établissaient leurs camps. C'est aussi grâce à une armada de sourciers que les Romains détectèrent les sources thermales sur lesquelles ils édifièrent des petits chefs d'œuvres d'architecture.

 

http://jouez-et-gagnez-grace-au-pendule.e-monsite.com/blog/jouez-et-gagnez-grace-au-pendule/la-r.html

Autrefois, les rois et les princes avaient recours à des sourciers pour détecter les cours d'eau souterrains et les minerais ou métaux enfouis sous la Terre.

Le XVIIème siècle voit monter en puissance un mouvement d'opposition issu du clergé considérant le phénomène sourcier comme la manifestation d'un pouvoir démoniaque. L'inquisition s'en mêle en excommuniant les porteurs de baguette

Lors du règne du roi de France Louis XIII et de son homme d'Etat le cardinal de Richelieu, le baron de Beausoleil et son épouse Martine de Bertereau découvrirent avec succès 150 mines en France à l'aide de différentes baguettes de sourcier. Accusée de sorcellerie, Martine de Bertereau fut envoyée à la prison d'Etat de Vincennes et son mari à la prison de la Bastille. Malgré l'interdiction de l'Eglise, de nombreux jésuites et prêtres ont pratiqué avec succès l'art du sourcier.

En 1693, le père jésuite Le Lorrain professeur de physique au collège Louis le Grand fait paraître un livre intitulé La Physique Occulte ou Traité de la Baguette Divinatoire sous le pseudonyme d'abbé de Vallemont.

Elle a existé dans l'antiquité la plus reculée. Les Chinois la pratiquaient vingt-deux siècles avant notre ère et un très ancien document retrouvé, daté de l'an 147 après JC, représente un empereur Chinois, une baguette à la main. Elle l'était aussi à l'époque des égyptiens et des druides. Il n'est pas impossible que la baguette de Moïse, qui, d'après la Bible, aurait permis de faire jaillir l'eau du désert devant les Hébreux stupéfiés, ait été une baguette « divinatoire ».
A notre époque, sa vogue est telle que, dans tous les pays du monde, elle compte d'innombrables adeptes et de nombreuses et florissantes sociétés.

mines d'argnt au 16em siècle

Le mot radiesthésie a été inventé en 1890 par l'Abbé Bouly (1865-1958), curé de Hardelot (Pas-de-Calais) et par l'Abbé Bayard, professeur à la Faculté catholique de Lille, et sera officialisé en 1922 par l'Association française et internationale de radiesthésie. Il est composé du latin radius, "baguette", "rayon lumineux", et du suffixe -esthésie (tiré du grec, "sensation", "perception").

La radiesthésie est, selon la définition de l'abbé Bouly, la croyance en la faculté d'exercer cette sensibilité pour découvrir, grâce au pendule ou à la baguette, ce qui est caché aux facultés normales mais dont l’existence est réelle ou imaginaire.

Ce procédé divinatoire était anciennement appelé rhabdomancie (du grec rhabdos, « bâton » et manteia, « divination », technique utilisant la baguette de coudrier) ou encore sourcellerie, dont l'objet était de trouver des sources.

Quelques grands noms de la radiesthésie:

Nous ne raconterons pas ici l'histoirede la radiesthésie mais nous nous contenterons de citer quelques grands noms et faits marquants.

Voici quelques sites qui nous ont paru très intéressants (la liste n'est pas exhaustive) :

http://www.retrouversonnord.be/radiesthesiepreuves.htm

 

Nous remarquerons, parmi les grands promoteurs de la radisthésie, la présence de nombreux prêtres, à la charnère des deux derniers siècles.

D'après Nicolas Huet (blog: La Radiesthésie – principes, méthodes et outils) : "Les qualités demandées pour cette phase sont souvent des qualités que l'on retrouve chez les prêtres ou les religieux, c'est pour cela que généralement ces personnes font d'excellents Radiesthésistes, sans rapport quelconque bien sûr avec leur croyance, mais cela maintenant vous le savez, c'est parce qu'ils sont habitués à méditer et à générer ce calme intérieur d'attente que le phénomène « Radiesthésique » est très pur". On retrouve donc ici, encore une fois, l'association de la radisthésie et de la méditation, mais cette fois ci dans un contexte bien chrétien.

Jacques Aymar (1657-1707), paysan originaire de la commune de Saint Véran, qui s'est rendus célèbre par ses exploits divinatoires avec une simple baguette de coudrier.

Influencé par les travaux de Franz Anton Mesmer, il a supposé que la condition pourrait être affectée par l'électromagnétisme environnemental, mais finalement ses recherches l'ont amené à proposer une nouvelle force impondérable alliée au magnétisme, qu'il pensait être une émanation de la plupart des substances, une sorte de " Principe de vie "qui imprègne et relie tous les êtres vivants. A cette manifestation vitaliste , il a donné le nom de force Odic .

Mais autant les découvertes chimiques de Reichenbach recueillaient l'enthousiasme des scientifiques de son temps (mis à part toutefois un conflit avec les pharmaciens qui liaient la paraffine avec la poix-résine ou parasine qui permettaient de vendre une fausse cire chargée de résine...), autant le sujet de "l'od" lui crée des conflits avec le milieu des scientifiques matérialistes de l'époque.
En effet, pour vérifier les nombreuses expériences mettant en évidence "l'od", que les rosicruciens nommeraient le Noùs, ou, selon le cas, l'esprit ou la Force Vitale, il convient d'avoir une certaine sensiblilité ou une certaine réceptivité...
En scientifique pragmatique, Reichenbach constate que le fait que les scientifiques courants n'ont pas cette ouverture d'esprit pour avancer dans ce domaine et l'énonce froidement lorsqu'il publie ses travaux...
Et naturellement, il devient un exclu de la communauté scientifique de son temps...

Abbé Bouly (1865-1958),

On peut même l'appeler le PERE DE LA RADIESTHESIE puisque c'est à lui que l'on doit le mot « radiesthésie», qui, aujourd'hui, a presque entièrement remplacé les anciennes appellations de sourcellerie et de rhabdomancie. Ses succès, qui furent innombrables, lui valurent d'être fréquemment appelé en consultation à l'étranger. Non seulement il détectait des sources à de grandes profondeurs mais il en déterminait le débit et la qualité. Après la guerre de 1914-1918, le Ministère de la Guerre lui demanda de repérer les obus non éclatés sur des champs de bataille.

Abbé Mermet (1866-1937): créateur du pendule à témoin, l'abbé Mermet, fut très sollicité pour effectuer des recherches sur plan, notamment des sources et des sources thermales. En 1934, le pape Pie XI fera appel à lui pour essayer de retrouver les membres d'une expédition disparus au pôle Nord. A l'aide d'un pendule et d'une carte, l'abbé indiqua exactement où se trouvaient les explorateurs.

Henri de France (1872-1947), Joseph Treyve (1877-1946) : spécialiste de la prospection à distance

Yves Rocard, éminent physicien atomiste, il a étudié le phénomène sur le terrain auprès de sourciers et lui a donné une caution scientifique en publiant de nombreux articles et ouvrages

 

Etienne Guille…

De nombreux scientifiques adhèrent à l' “Association française et internationale des amis de la Radiesthésie” dès sa création en 1929 , dont Edouard Branly.

Hartmann, Curry et Wissmann

En 1948,1949 et 1952, des médecins allemands comme les docteurs Hartmann, Curry et Wissmann découvrirent des réseaux telluriques et donnèrent leurs noms à ces quadrillages. Les géobiologues tiennent compte dans leurs analyses et recherches de ces réseaux Hartmann, Curry et Wissmann.

QUAND LE PENDULE SUPPLANTE LA BAGUETTE

Peu de temps après la prise de la Bastille, un professeur de la Faculté de médecine de Strasbourg, Antoine Gerboin, ramena d'Inde des pendules utilisés par les autochtones pour trouver des sources.
Certains ouvrages avaient déjà fait mention de la découverte de ces petites boules dans des tombeaux égyptiens, mais ces livres ayant alimenté les bûchers, hormis quelques cercles restreints, l'information n'avait pas circulé. Ce fut donc une révolution. Pratique et discret, le pendule supplanta très rapidement la baguette.
Au lieu de se contenter des résultats, chacun y allait de sa théorie, sans pour autant se mettre d'accord sur le point qui divise, aujourd'hui encore, chercheurs et radiesthésistes : qu'est-ce qui fait tourner mon pendule ?
En 1867, un Autrichien nommé Reichenbach résuma, sous forme d'un constat sommaire, l'essence même de ce qui allait devenir la radiesthésie.
Les corps émanent ou rayonnent quelque chose qui ne diminue pas leur poids, qui traverse le verre et qui exerce un effet si puissant qu'il provoque des activités motrices comme le mouvement d'un pendule.
La rhabdomancie jetait ses derniers feux, l'art de la baguette et du pendule allait bientôt être rebaptisé et prendre un nouvel essor.

Des rapports ambigus avec la pensée dominante et les détenteurs du pouvoir

Comme il en est du magnétisme et de tout ce qui n'est pas expressément validé par la science ou dérange l'ordre établi , les rapports de la radiesthésie avec la "communauté scientifique" et le pouvoir ont souvent été difficiles. Sans pour autant nous y attarder, nous ne pouvons nous empêcher de faire un parallèle avec ce qu'a été l'attitude de l'Eglise pendant des siècles, comme quoi rien ne change sur le fond vis à vis de tout ce qui va à l'encontre de la pensée dominante et des intérêts bien compris dont elle est l'expression.

Rapports avec l'Eglise

En matière de radiesthésie, l'Eglise voit derrière le pendule ou la baguette la main du diable : c'est donc peu dire qu'ele y est hostile ! D'une manière générale, elle considère la radiesthésie (et le magnétisme) comme une pratique divinatoire et l'associe à l'occultisme, au sens de la recherche d'un pouvoir en lien avec des esprits maléfiques, quand bien même les intentions de l'opérateur seraient des plus louables. C'est donc (au même titre que toutes les "mancies") une pratique satanique, ce qui signifie pas pour autant que tous les radiesthésistes soient des satanistes, mais plutôt des égarés, qui n'ont rien compris au message d'amour et de compassion du Christ. Pour obtenir une grâce, il n'est point besoin de s'adresser à des esprits par des incantations ou des rituels. C'est même dangereux car il y a des esprits mauvais qui peuvent rendre des services, mais ils ne sont que factices car la duplicité est dans la nature même du diable ! Il suffit donc de s'adresser à Dieu et de prier, isolément ou mieux encore dans le cadre d'un cercle de prière.
A ceux qui objectent que bien des saints étaient aussi de remarquables guérisseurs (dont Jésus lui-même, des prêtres se soient livrés à cette pratique (souvent conjointemement avec le magnétisme)), il leur est répondu que l'Eglise le "tolérait" parce que, de par leur fonction, ils ne pouvaient être que la main du Seigneur. Pour les autres, les humbles et les anonymes ayant ce don, notamment le magnétisme, sous réserve qu'il soit purement physique et ne procède que de la seule énergie de l'opérateur, donc sans reliance ni guidance.

Une fois posé le décor , l'Eglise établie quelques nuances son jugement, vilipendant systématiquement tout ce qui peut avoir un rapport avec l'au-delà et l'esprit des morts (en l'occurence le spiritisme) pour être plus en retrait sur d'autres pratiques, dont notamment la radiesthésie "physique" (comprise comme un simple phénomène magnétique, en lien avec la perception sous-sol) et le magnétisme.

Position officielle et Saintes Ecritures

Le texte (allusion à la definition wikipedia) la désigne aussi comme un « procédé divinatoire » Cette définition est suggestive parce qu'elle pose en fait deux questions :

Sur la scientificité de la radiesthésie..

Elle est manifestement en débat et non garantie. Or, la théologie catholique a toujours affirmé le lien organique entre la foi et la raison, puisque le Christ est Logos (Jn 1, 1), mot grec qui signifie « Verbe » (« parole ») et « Raison ». De St Augustin à Benoît XVI en passant par St Thomas d'Aquin, tout l'enseignement de l'Eglise affirme cette adéquation entre foi et raison. Il en résulte qu'une pratique n'ayant rien à voir avec la Révélation chrétienne (ce n'est pas du tout le sujet de la radiesthésie) et non fondée scientifiquement ne peut qu'être envisagée avec les plus grandes réserves par un chrétien, comme par tout homme de bonne volonté. En revanche, ce n'est pas à la théologie catholique de se prononcer sur son caractère scientifique ou non.

Sur son caractère divinatoire...

Si cette pratique n'est pas fondée scientifiquement, elle relève, comme le dit la définition, d'un « procédé divinatoire ». Or, pour le coup, l'enseignement de l'Eglise est très clair sur ce point : toute pratique divinatoire est à rejeter fermement. Citons, parmi de nombreux versets, le Deutéronome au chapitre 18, verset 10 et suivants : « Il ne se trouvera chez toi personne pour faire passer par le feu, son fils ou sa fille ; interroger les oracles ; pratiquer l'incantation, la magie, les enchantements et les charmes ; recourir à la divination ou consulter les morts. Car tout homme qui fait cela est une abomination pour Le Seigneur. » Ou encore, Lévitique 19, 26 : « Vous ne pratiquerez ni divination, ni incantation. »

source: https://www.reponses-catholiques.fr/la-radiesthesie/

Invocation des saints guérisseurs

Savourons cette lecture...
"Chaque saint guérisseur a sa spécialité. Ceci pose la question préalable en cas de doute qu'on ne sait à quel saint se vouer. Si on est impuissant à déterminer la nature exacte du mal dont on souffre, il est difficile d'invoquer le saint correspondant et de trouver ainsi le remède à ses maux. Il faut dans ce cas, se faire tirer les saints par un prêtre spacialisa et prendre l'engagement d'un prompt pèlerinage pour confirmer la guérison de crainte que le mal ne réapparaisse. Il faudra alors appliquer une épingle bénite à l'endroit du mal sur une statuette du Saint en cire ou en bois pour conjurer définitivement le sort et rapporter du pèlerinage cette épingle pour en faire don à la paroisse dont on dépend afin d'épargner aux autres habitants le même mal. L'épingle bénite est un bon antidote contre les épidémies.
Si malgré tout, l'affection persiste, il se peut que le saint en question ait oublié le message. Au cours d'une cérémonie publique, on le lui rappellera. La famille du malade fouettera la statue du saint et l'assistance procèdera à de nouvelles invocations solennelles. Si aucun résultat n'apparaît, ce sera la preuve que l'affection n'a pas été envoyée par Dieu, mais par le diable. L'Eglise alors s'en désintéresse. Le malade cherche souvent une solution lui-même auprès de guérisseurs empiriques, vilipendés par les médecins du temps pour n'avoir pas étudié Hippocrate et Galien dans le texte et dont le latin est trop sommaire pour expliquer la cause du mal."

Source: http://www.cgcp.asso.fr/leblog/2011/03/a-quel-saint-se-vouer%E2%80%A6-la-science-des-saints-guerisseurs-au-17eme-siecle/

 

Ce petit dialogue avec le père Verlinde, extrait de "Lili Sans-Gêne" ("questions sans gêne sur Dieu et l'Eglise") est à cet égard édifiant.

Lili Sans-Gêne : Mon père, lui, est allé voir un jour un radiesthésiste. Eh bien ! C'est extraordinaire : à l'aide d'un pendule, il lui a dit exactement quel était son problème de santé et quel médicament il devait prendre. Et tout s'est révélé juste. Vous voyez bien que ces gens-là mettent leurs dons au service du bien.
Père Joseph-Marie Verlinde (une référence en cette matière): Vous faites décidément bien partie de notre culture post-moderne qui ne se trouble pas de ses incohérences : vous essayez de me convaincre rationnellement de la licéité de techniques irrationnelles ! Vous savez bien qu'il n'y a aucune explication scientifique à la radiesthésie, que l'on désigne d'ailleurs comme un « don » – je dirais plutôt un« pouvoir » occulte. Comme, par définition, l'occulte est le domaine qui échappe à toute vérification scientifique, nous sommes dans l'ordre de la croyance. Vous « croyez » que la radiesthésie est inoffensive ; je « crois » sur la base de l'expérience acquise, qu'il s'agit d'un pouvoir occulte impliquant la collaboration avec les fameux « esprits » dont nous avons déjà parlé dans notre échange sur le spiritisme. Vu la nature de ces esprits, vous comprendrez que je préfère éviter de m'adresser à quelqu'un qui collabore avec eux.
radiesthésie église père verlinde http://www2.l1visible.com/magnetiseurs-voyance-est-ce-anodin/

Voir aussi: "Magnétiseurs, voyance…Est-ce anodin ? Le monde du paranormal fascine. Toutes ces disciplines sont-elles bonnes à utiliser ou faut-il s'en méfier ?"

Père Joseph-Marie Verlinde,
http://www2.l1visible.com/magnetiseurs-voyance-est-ce-anodin

 

Inquisition

De la baguette fourchue aux pieds fourchus, il n'y a qu'un pas que le Moyen Age franchit allègrement en accusant les sourciers de commerce avec le diable.
Luther condamne formellement l'usage de la baguette.
Utilisée, par des gens sans religion, dit-il, elle ne peut-être que suspecte.

1326 - Le pape Jean XXII condamne la divination à l'aide d'un pendule. 1517- Luther inclut l'usage de la baguette dans la liste des actions qui vont à l'encontre du 1er commandement. 1701- Les divers ouvrages prônant l'usage de la baguette seront mis à l'index par un décret du Tribunal de l'Inquisition de Rome.
La parution, en 1521, du célèbre grimoire Le Dragon Rouge se chargera d'alimenter la rumeur : sourcellerie/sorcellerie... même combat. La baguette de coudrier a perdu son innocence. Elle est présentée comme un outil de pouvoir et de mort. En effet, le terrible grimoire affirme que...
Pour attirer et asservir les entités démoniaques, les deux pointes de la baguette fourchue doivent être ferrées avec de l'acier ayant servi à égorger une victime.
Luther jubile, Le Dragon rouge vient accréditer ses terribles accusations. Jusqu'à la fin du 17e siècle, même si quelques alchimistes l'utilisent en douce, la baguette sentira le fagot, au sens figuré comme au sens propre.

Le XVIIème siècle voit monter en puissance un mouvement d'opposition issu du clergé considérant le phénomène sourcier comme la manifestation d'un pouvoir démoniaque. L'inquisition s'en mêle en excommuniant les porteurs de baguette. Lors du règne du roi de France Louis XIII et de son homme d'Etat le cardinal de Richelieu, le baron de Beausoleil et son épouse Martine de Bertereau découvrirent avec succès 150 mines en France à l'aide de différentes baguettes de sourcier. Accusée de sorcellerie, Martine de Bertereau fût envoyée à la prison d'Etat de Vincennes et son mari à la prison de la Bastille. Malgré l'interdiction de l'Eglise, de nombreux jésuites et prêtres ont pratiqué avec succès l'art du sourcier.

C'est au début du règne du Roi Soleil que les baguettisants furent excommuniés par l'Inquisition et que des livres majeurs comme ceux de l'abbé de Vallemont, jésuite et professeur de physique, subirent les outrages du feu.

 

LES CHERCHEURS DE METAUX PRECIEUX
On brûlait encore sous le règne de Louis XIII, mais davantage par esprit de lucre que par peur du diable. La recherche de l'eau était passée au second plan, ce qui faisait rêver la Cour, c'était la recherche des métaux précieux... Un couple de minéralogistes, originaires du Brabant, ayant obtenu des résultats probants dans la détection des métaux, eut la fâcheuse idée de s'établir en France, en 1621.
Martine de Bertereau et le Baron de Beausoleil possédaient un matériel de détection très sophistiqué dont 7 baguettes différentes qui, chacune, portait un nom imagé :
- La lumineuse, pour la recherche de l'or.
- L'éblouissante, pour la recherche de l'argent
- La sautante, pour la recherche du cuivre
- La battante, pour la recherche de l'étain.
- La trépidante, pour la recherche du plomb.
- La tombante, pour la recherche du fer.
- La relevante, pour la recherche du mercure.

En 1693, le père jésuite Le Lorrain, professeur de physique au collège Louis le Grand fait paraître un livre intitulé La Physique Occulte ou Traité de la Baguette Divinatoire sous le pseudonyme d'abbé de Vallemont. Par arrêt du 26 octobre 1701, ce livre fut mis à l'index après une enquête de l'Inquisition.

New age

La bible

 

Ce que la science pense de la radiesthésie
Les travaux de Professeur Rocard

S'appuyant sur des à priori plus que sur des études objectives, la radiesthésie, au même titre d'ailleurs que le magnétisme ou la géobiologie, est considérée come une "pseudo-science" par la "communauté scientifique".

Mais que penser de ces donneurs de leçon de rationnalité ?

Autrefois (avant la renaissance), la connaissance était censée procéder de Dieu (les Saintes Ecritures) et de par l'intercession des prêtes. Les contredire était considéré comme blasphématoire et les savants susceptibles d'être considérés comme des hérétiques, ce qui est synonyme d'intolérance et d'obscurantisme. Aujourd'hui, nous sommes sensés baigner dans la rationnalité la plus totale. Descartes et la révolution industrielle sont passés par là. Nos connaissances procédant de l'expérimentation et d'appareils sophistiqués, permettant de confirmer ou d'infirmer telle ou telle théorie, voire d'en construire de nouvelles. Le problème est qu'on se pose en donneurs de leçons ou procureur, avec des pratiques qui n'ont parfois rien à envier à celles des religions d'autrefois. Les paradigmes, théories et représentations sont souvent considérées comme des dogmes intangibles, quand bien même reposent-elles sur des hypothèses ou postulats contestables (par exemple, la non existence de l'Ether dans le théorie de la relativita, qui pose problème aujourd'hui). Ceux qui proposent ou tentent autre chose sont au mieux ignorés par "la communauté scientifique" et au pire exclus, voire pourfendus. De plus, à l'heure d'une financiarisation massive et globalisation de la plupart des activités humaines, de par le jeu de pressions de toute nature autant que par le formatage -tant universitaire que médiatique- des esprits, l'emprise des corporaratismes, tout ce qui est observé n'est pas forcément étudié (car tabou ou non rentable) et bien souvent ce qui ne peut être expliqué est souvent nié ou passé aux oubliettes (parce que dérangeant).

Au final, on est revenu à la case départ, celle de l'irrationnel, de l'obscurantisme, de l'oppression voire de la tyrannie

 

Aptitudes et Dispositions

La radiesthésie n'est pas réservée aux seuls privilégiés disposant d'un don de divinations ou de facultés extrasensorielles. Etant considérée comme l'utilisation des capacités naturelles du corps humain, elle est de ce fait accessible à tous. Chacun a les facultés sensitives latentes nécessaires à la perception des rayonnements de l'environnement. Il suffit de les mettre en éveil par une formation appropriée, d'appliquer quelques principes techniques simples et de faire beaucoup d'exercices pratiques. Encore un fois, c'est aussi une question de volonté et de travail.

Liens avec le développement personnel
  • Intuition...

    Nous disposons tous de cette fonction intuitive, mais à l'état de potentialité. Par sa manière particulière de percevoir des choses autrement que par les cinq sens, la radiesthésie nous permet de renouer avec notre intuition primordiale, mais sans pour autant rejeter le rationnel. C'est par un entrainement assidu qu'elle se développe et permet d'accéder à la géobiologie et au magnétisme, qui nous ouvrent des horizons nouveaux.

  • Maîtrise de soi, détachement et ouverture...

    Pour bien fontionner, l'acte radiesthésique demande à l'opérateur à ce qu'il soit en parfaite harmonie vibratoire avec son environnement, dans un état d'esprit similaire à celui associé à une posture de méditation. Il doit être calme, serein et détaché de tout, ce qui exige une parfaite maîtrise de soi et de ses émotions, un bon équilibre psychologique, une capacité à se distancier par rapport à lui-même et à l'enjeu de l'acte.

  • Travail et persévérance

 

eclairages

Le RMD studieux ... dictionnaire

Définir...

Pratiques complémentaires...

Comprendre, appréhender....

Approfondissements...

Divers...

On en parle beaucoup ...